samedi 13 avril 2013

Sécurité intérieure de l'UE : la mise en oeuvre de la stratégie sur les rails


"La mise en œuvre de la stratégie de sécurité intérieure de l'UE est en bonne voie". Voilà ce que déclare la Commission européenne dans son 2e rapport sur la mise en œuvre de la stratégie européenne de sécurité intérieure. Ce rapport indique que de nombreuses actions ont été entreprises dans le cadre des cinq objectifs de cette stratégie (à lire sur securiteinterieure.fr : Stratégie européenne de sécurité intérieure : débuts prometteurs). Toutefois, il reste encore du chemin à parcourir, toujours selon la Commission.

Les menaces à la sécurité intérieure et l'avenir

Pour 2013, la criminalité organisée est toujours considérée comme l'un des défis majeurs à relever pour la sécurité intérieure de l'UE. Le blanchiment d'argent, la corruption, les trafics illicites et les groupes criminels organisés transnationaux ne sont que quelques-unes des menaces envisagées. La cybercriminalité reste un sujet de préoccupation majeur. Un autre défi important pour 2013 est l'amélioration des instruments de lutte contre l'extrémisme violent, qui ne cesse de croître.

Le prochain - et dernier - rapport sur la mise en œuvre de la stratégie de sécurité intérieure de l'Union européenne sera présenté en 2014. Ce rapport évaluera le degré de réalisation des objectifs de la stratégie et examinera les défis futurs dans le domaine de la sécurité intérieure.

La grande priorité : la lutte contre la criminalité organisée et ses effets néfastes

L'une des principales menaces pour la sécurité intérieure identifiée par la Commission européenne est la criminalité organisée et ses effets néfastes sur l’économie de l’UE, notamment les distorsions au sein du marché intérieur. En outre, la corruption, la fraude et la contrebande entraînent des pertes considérables pour les pouvoirs publics des États membres de l'UE à l'heure où la stabilité des recettes et de l'assiette fiscale est indispensable pour qu'ils puissent faire face aux déficits publics.
S'attaquer aux produits du crime et les récupérer continue donc d'être un objectif essentiel de la stratégie de l'UE visant à perturber les réseaux criminels organisés.

La Commission entend dès lors :
  • publier le premier rapport anticorruption de l’UE;
  • proposer une directive sur les sanctions pénales applicables au blanchiment de capitaux; 
  • proposer une réforme d'Eurojust; 
  • élaborer une initiative politique visant à lutter contre le trafic illicite d'armes à feu;
  • réviser la décision du Conseil du 25 octobre 2004 sur l'harmonisation législative concernant le trafic de drogue; 
  • présenter un règlement portant sur la mise en place d'un Parquet européen;
  • adopter une communication présentant une stratégie globale de lutte contre la contrebande de cigarettes.

Prévenir le terrorisme et s'attaquer à la radicalisation et au recrutement de terroristes

La Commission entend:
  • actualiser l’approche de l'UE en matière de lutte contre l'extrémisme violent en créant une «boîte à outils» européenne fondée sur les meilleures pratiques des États membres; 
  • proposer des actions concernant les risques CBRN-E (en matière nucléraire-radiologique-biologique-chimique et explosifs); 
  • développer des outils améliorant la détection des menaces terroristes dans tous les domaines, notamment des normes de sécurité aérienne;
  • proposer une nouvelle approche de la protection des infrastructures critiques européennes.

Augmenter le niveau de sécurité des citoyens et des entreprises dans le cyberespace

La Commission entend:
  • veiller à ce que le Centre européen de lutte contre la cybercriminalité (EC3) dans les locaux d’Europol prenne des mesures importantes dans l'optique de devenir pleinement opérationnel; mettre en œuvre la Stratégie de cybersécurité de l'Union européenne;  
  • mener à bien le nouveau mandat de l'ENISA.


Renforcer la sécurité par la gestion des frontières

La Commission entend:
  • soutenir le lancement d’Eurosur à compter du 1er octobre 2013;
  • progresser rapidement dans la négociation des propositions concernant le système d'entrée/sortie (EES) et le programme d’enregistrement des voyageurs (RTP); 
  • s'accorder sur des recommandations et sur des meilleures pratiques communes en matière de coopération entre gardes-frontières et douaniers.

Les agences devraient:
  • intensifier encore leur coopération afin de détecter et de prévenir l'immigration clandestine et la criminalité transfrontière aux frontières extérieures (Frontex, Europol, MAOC-N et CeCLAD-M);
  • prendre les mesures nécessaires pour permettre le transfert de données à caractère personnel à Europol.

Renforcer la résilience de l'Europe aux crises et aux catastrophes

La Commission entend:
  • soutenir les efforts tendant à améliorer les méthodes d'évaluation des risques ainsi que l'échange et le transfert d'expériences en matière de gestion des risques ; 
  • produire un premier aperçu intersectoriel des risques d'origine naturelle ou humaine; 
  • élaborer des orientations sur la prévention des catastrophes, fondées sur les bonnes pratiques; continuer à développer la capacité d’évaluation des risques de sécurité de l'UE.

synthèse du texte par securiteinterieure.fr


Et pour aller plus loin sur securiteinterieure.fr
retour au sommaire de securiteinterieure.fr

securiteinterieure.fr
LE site de référence sur la sécurité intérieure


page principale :





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

remarques et suggestions à formuler à securiteinterieure [à] securiteinterieure.fr

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.